7th Ireland Convention – 03/2017 (français)

La convention irlandaise a de nouveau confirmé sa réputation : de nombreux chanteurs venus du monde entier, de nombreux chants, des émotions intenses et un grand plaisir partagé à chanter pendant tous ces jours !

« Certainly, amongst singers that I meet everyone says that you have to be at Cork even if that’s the only all day singing you attend in a year. I agree. » (Werner U.)

P1120690

Le voyage

Partis le jeudi matin en train, Florine et moi voulions participer au regular singing qui a lieu tous les jeudis soirs à Cork. En arrivant à Roissy, nous avons eu la bonne surprise de retrouver Julius, Gwendal, et Alexia, avec lesquels j’avais chanté à Clermont et à Paris en novembre et décembre derniers, de rencontrer Evelyn, Américaine qui chante avec le groupe de Paris cette année, et Corrie et Judy, venues exprès du Colorado, un peu fatiguées à cause du décalage horaire.

Arrivés à Cork sans souci, nous retrouvons avec grand plaisir Dara et Ewan, qui vont nous héberger durant la convention. Sachant que nous serions plusieurs personnes (Français et Américains) à arriver par ce vol, ils s’étaient organisés pour nous emmener jusqu’en ville, évitant à la plupart de faire un trajet en bus.

Le regular singing

P1120698

En août dernier, nous étions présents le jeudi soir avant le All-day et il y avait environ une quarantaine de chanteurs au total. Cette fois, pour la convention, nous étions 110 ! Le son de toutes ces voix ensemble était déjà vraiment impressionnant. En partant du banc des ténors, chacun passe à tour de rôle pour mener un chant puis ensuite on passe aux basses, aux altos et on termine avec les trebles. Je suis passé pour mener 134 en demandant de l’aide à Aldo, du groupe de New York, chanteur et compositeur reconnu dans le style des shape notes. Nous étions tellement nombreux que les deux heures habituelles de ce singing n’ont pas suffit et que même en rallongeant le temps d’une demi-heure, les trebles n’ont pas pu passer pour mener. Ecouter l’enregistrement ici.

La singing school

Jonathon Smith, organiste et musicologue américain (Université de l’Illinois), donnait la singing school. Malheureusement pour moi, sa façon de parler était un peu difficile à comprendre, ce qui fait que j’ai surtout apprécié les exercices qu’il nous a fait faire, notamment celui où à partir d’un chant assez connu de tous, nous avons fait tourner les voix à chaque pupitre, ainsi les ténors ont chanté alternativement les notes des voix ténor, basse, alto et treble. Exercice de lecture permettant de faire le point sur ma capacité à déchiffrer et chanter à vue et permettant aussi d’entendre à chaque tour une sonorité différente du même chant ; ce fut par ailleurs très drôle d’entendre les basses chanter treble, normalement la voix la plus haute…

C’est à ce moment que les derniers chanteurs sont arrivés, parmi eux, Bénédicte et Hugues, et Bianca et Alma qui étaient passées nous voir à la maison durant l’été 2016.

La convention – le samedi « This is the loudest and fastest singing around » (W. U.)

17310329_10212312868646359_8499790331369389565_o
Photo ACD

En arrivant, il faut d’abord s’enregistrer, noter son nom et son pays sur un badge, et dire si on veut ou pas mener un chant, le samedi ou le dimanche, accompagné ou non d’une personne expérimentée. On retrouve rapidement les personnes du singing régulier et de la singing school, je pouvais sentir un peu d’empressement à ce que « ça » commence, un peu de stress aussi. Nous nous apprêtons à partager deux jours entiers de chant.

corl leaders
Photos ACD

Quel plaisir d’entendre à nouveau bourdonner les voix lors des keying pour les premiers chants ! « Sometimes when singers sounded their note, it was like a jet engine starting up » (W. U.) Les chanteurs de Cork, tradition oblige, lancent la convention, et c’est parti pour la première session de chant (environ quarante-cinq minutes suivies d’une pause avec thé, miel, gâteaux, etc.) d’une journée qui en comptera cinq en tout. LP1120746es premières sessions du matin servent à chauffer les voix, les tonalités sont un peu moins hautes à ce moment, les rythmes un peu moins enlevés, les chanteurs prennent la mesure du nombre, de la salle et du son. Ce sont aussi les sessions où les chanteurs les moins expérimentés peuvent aller mener un chant. J’en ai profité pour mener 361, qui a bien fait rire certains. « The session before lunch began to take on the energy of the session after lunch – take-off started early. » (W. U.)

Puis, de pause en pause, la concentration sur le chant se renforce et l’heure d’aller manger arrive. Le défi pour les vingt chanteurs de Cork était de faire manger plus de deux cents personnes en une heure, alors qu’il pleuvait et que les locaux n’étaient pas des plus pratiques. Pour ce f

P1120730
460 Sardis

aire, nous avons vu par exemple Ewan et Dara passer beaucoup de temps et d’énergie à préparer à manger, en sachant que c’était pareil pour les autres chanteurs de Cork, Colleen, Ronan… Il y avait des plats pour ceux qui mangent de la viande, pour les végétariens, avec la mention des allergènes potentiels dans chaque plat, etc. ! La tradition du dinner on the grounds repas pris sur place à la bonne franquette est très importante dans la pratique globale du Sacred Harp.

17218633_10212274939618157_5603542245810311998_o
Photo ACD

Des échanges bienveillants, rigolards, avec des personnes que je ne connaissais pas, des rencontres de personnes avec lesquelles j’étais en contact sur internet depuis un voire deux ans, rencontre avec Andy et David, qui avait accepté sans me connaître de m’apporter un nouveau recueil de chants dans ses valises (les frais d’envoi entre les USA et l’Europe, déjà chers, ont beaucoup augmenté depuis juin 2016), retrouver les chanteurs de Cork, adorables… Quelques échanges avec Werner, du groupe de Londres à propos du Brexit, de Trump et des élections françaises à venir. Tout ça très vite car ensuite, la première session de l’après-midi allait commencer.

P1120739
122 All is well
P1120758
128 The Promised Land

L’après-midi

arranging committee
Arranging committees du samedi et du dimanche (ACD)

Les sessions du samedi après-midi sont l’occasion pour les chanteurs plus expérimentés d’emmener avec eux le groupe entier avec des chants plus élaborés, à des vitesses plus importantes que les chants du matin. Le rythme est allé très fort, les voix, chaudes depuis le matin résonnaient dans la salle. Le groupe à ce moment là devient un ensemble homogène dans lequel chaque voix se trouve à sa place parmi les autres, mêlée aux autres, chacune renforçant les autres, dans une formidable unité, une formidable profondeur, qui remplit autant qu’elle vide. J’ai pu percevoir la grande importance de l’Arranging committee, qui permet de choisir le bon chanteur au bon moment, un peu comme un DJ qui choisit un bon morceau pour relancer l’ambiance, la faire monter et réussir le partage du moment.

P1120772
Le banc des basses

Fin de la journée, nous avons chanté plus de cent chants différents aujourd’hui, un peu fatigués, nous partons faire quelques courses pour soulager nos hôtes à propos du repas du soir.

Le soir, social au pub du club de cricket de Cork. Certains trouvaient encore la force de chanter The Christian Harmony et The Shenandoah Harmony jusque tard. Mais je n’y reste pas trop car nous chantons encore demain !

La convention – le dimanche

P1120749Le matin, après l’enregistrement, très vite, la session commence. Un grand plaisir de sentir que, suite à la veille, on est prêts plus vite, on est déjà « chauds » en quelque sorte. La convention de Londres m’avait fait faire un bond en avant important dans ma pratique du chant à vue avec les shape notes, cette convention également. Il suffit alors de se laisser porter par le groupe qui montre la direction pour chanter. Très vite, les sessions

17311175_10212274645410802_6912053289575608257_o
Les altos – Photo ACD

s’enchaînent, et très vite également, je ressens cette impression d’être « dans » le groupe, de me laisser porter (la fatigue aide un peu à lâcher), et très vite aussi l’idée me vient que la convention sera bientôt finie.

P1120788
421 Sweet Morning

Puis vient le memorial où ce qui ressemble à une prière est dite pour ceux qui sont malades et qui n’ont pas pu venir, et ensuite aussi pour ceux qui ne sont plus là. Non religieux pour ma part, j’y vois une façon d’être attentif à ce que vivent les autres, à porter mon regard là où ils en sont et à en être « simplement », humainement solidaire : si je ne peux rien faire pour les autres, je peux au moins avoir cette présence, cette pensée.

17358774_10212313353778487_1481829093867271743_o
448t Consecration

La journée passe très vite. J’ai le plaisir de voir que les autres membres de la délégation française se sont fait inviter par Aaron dans le hollow square pour profiter des bonnes vibrations du groupe entier. Aaron avait démarré un premier groupe de Sacred Harp à Paris il y a quelques années avant de partir vivre dans d’autres pays.

La fin – le retour

Puis la fin de la dernière session, tout le monde est fatigué mais heureux d’avoir partagé ces deux jours de chant à fond.

P1120817

Nous étions au final 244 chanteurs venus de vingt pays différents, environ 10 Français (à Londres, en 2015, nous n’étions que deux…), les Américains venaient pour leur part de 17 états différents ! Avec une mention spéciale pour les chanteurs du Minnesota, venus à 40 et à 1 chanteuse d’Australie venue spécialement pour cette convention. Nous avons chanté 103 chants le samedi et 99 le dimanche, sans compter les chants du regular singing et de la singing school. J’ai passé plusieurs jours avec des personnes très différentes de celles que je rencontre dans mon quotidien, de tous âges, de toutes classes sociales, nous avons échangé entre Européens, ce qui ne m’arrive pas si souvent à mon grand regret, et rencontré des personnes de différents continents. Au fil du temps, les personnes que je rencontre deviennent pour certaines des amis avec lesquels il sera probablement possible d’échanger plus en profondeur, d’autres demeurent des connaissances du Sacred Harp, prêts néanmoins à me recevoir chez eux, simplement parce que j’ai un Denson 1991 sous le bras. J’ai beaucoup apprécié les échanges au sein du groupe français également, ça repose de parler français parfois ! Mais aussi avec cette idée de partager notre intérêt pour cette tradition et de participer à son développement en France.

17190721_10212071052476805_655078975377227724_n

En parlant avec Evelyn le dimanche soir, nous nous sommes interrogés sur les raisons qui font qu’une tradition aussi profondément américaine se développe autour du monde comme le fait le Sacred Harp actuellement (grâce aux statistiques de cette page, j’ai constaté que j’ai à présent des connexions venues de tous les continents !).

David (ami de Bénédicte et de moi, ah ah!) disait qu’un pour cent seulement des personnes approfondissaient leur découverte du Sacred Harp, ce qui fait peu mais semble néanmoins suffisant pour permettre une certaine forme de développement mondial. Avec Evelyn, nous avons aussi souhaité que le Sacred Harp ne devienne pas une franchise américaine du type McDo.

Le lundi matin, nous nous sommes retrouvés à l’aéroport, avec une sorte de gueule de bois. Le visage et la façon de parler d’Ewan, venu nous saluer avant notre départ, me fait beaucoup de bien.

Nous laissons à regret les chanteurs de Cork pour la session de The Shenandoah Harmony prévue dans l’après-midi.

Pour prolonger un peu la convention, nous chantons quelques tunes dans le RER sous l’œil quasi indifférent des autres passagers, en attendant le 15 avril prochain, date du 2ème Paris All-day !

A quand la première convention française ?

Merci aux Sacred Harp singers of Cork pour leur gentillesse, leur accueil, leur énergie et leurs chants. Merci plus particulièrement à Dara et Ewan pour leur hospitalité et leur intérêt pour les échanges interculturels malgré les plats à cuisiner et la vaisselle à faire. Merci à Werner U. pour son compte-rendu enthousiaste et détaillé, source des citations présentes dans ce texte, et pour les échanges au fil du temps. Merci enfin aux grands-parents qui ont pris soin de nos enfants pendant le week end.
Photos : FVE, ACD, Cork Sacred Harp – Affiche à la une : Cork Sacred Harp
affiche de cork par Amanda et photo de Kate Coxon
(poster by Amanda Panda / photo K. Coxon)
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s